Comment la hijra a changé notre vie … 3 ans après

Il y a maintenant déjà plus de 3 ans, j’avais écrit le premier article de notre blog avant même que notre site internet ne soit mis en ligne (que tu peux retrouver ici).J’avais alors décidé de consacrer ce premier article à la façon dont notre départ de France avait changé le cours de nos vies bi fadliLlah.

Cela fait désormais 5 ans Allahouma Baarak que nous avons quitté familles, amis, travail, appartement, meubles…
Voyager léger était un thème au cœur du précédent article d’ailleurs et aujourd’hui je ne peux que confirmer à quel point je ne regrette pas ce choix. Abandonner son confort pour La satisfaction d’Allah est un sentiment apaisant. Qu’Allah nous accorde la sincérité dans nos œuvres.

Alors de quels bienfaits de la hijra allons nous parler aujourd’hui, avec davantage de recul que la fois précédente ?

Une liberté de culte sans pareille

Lorsque nous vivions en France, al hamdouliLlah nous avions été beaucoup facilités après notre mariage pour vivre notre liberté de culte correctement.
Déjà pour notre appartement, malgré un dossier très léger et malgré notre apparence, Allah nous avait facilités afin de signer un bail avec un propriétaire qui nous a fait confiance pour un logement qui dépassait même nos espérances al hamdouliLlah.
Pour le travail, mon mari avait trouvé un emploi lui permettant de prier à l’heure toutes ses prières et la plupart à la mosquée, de se rendre chaque vendredi à la salat du Joumou3a, d’éviter la mixité et surtout de continuer à porter la Sounnah sans difficulté.
De mon côté, quelques mois après notre mariage j’ai eu l’opportunité de me reconvertir dans l’enseignement et j’ai pu trouver un emploi me permettant de travailler avec mon voile et à deux pas de chez mes parents. Une aubaine pour moi !
Tout cela était pour nous des bienfaits d’Allah mais nous aurions pu aussi nous laisser vivre ainsi en nous confortant dans l’idée que la pratique de notre religion était compatible avec la vie en France. Mais Al hamdouliLlah Allah n’a pas laissé shaytan nous aveugler de la sorte et nous a retiré un voile que nous avions devant les yeux et qui nous empêchait de réaliser pleinement le caractère obligatoire de la hijra.
Car on ne va pas se mentir, bien qu’au quotidien nous étions facilités, il arrivait certaines fois qu’il faille user de ruses afin de prier à l’heure dans un endroit décent.
Bien que globalement nous étions acceptés de tous malgré notre façon de nous vêtir, même notre voisinage dans le quartier plutôt résidentiel où nous vivions, nous avons été victimes d’islamophobie et de grandes injustices directement motivées par notre différence.
Alors que nous tâchions d’éviter que nos regards ou nos oreilles soient dirigés vers ce qui déplaît à Allah, il était souvent difficile d’éviter d’y être confronté dans un pays où culturellement, le blâmable est encouragé par tous et pour tous.

Aujourd’hui par La grâce d’Allah Azawajal, ces difficultés ont quasiment disparu. Prier à l’heure en toute circonstance est facile, porter la Sounnah et mieux encore, se cacher le visage et les mains pour la femme, est courant, préserver son regard et ses yeux de ce qui est réprouvé est beaucoup plus simple.

Et c’est lorsque l’on vit cela, puis qu’on retourne séjourner en France quelques temps, que l’on comprend le caractère obligatoire de la hijra.

Comme une évidence

Car retourner en France, pour visiter ses proches ou pour gérer certaines affaires, c’est, à mon sens, mieux comprendre pour quelles raisons Allah nous a enjoint à ne pas vivre en terre de kufr.

Allah dit dans le coran, dans le sens approximatif du verset en français :

« Ceux qui ont fait du tort à eux mêmes, les Anges enlèveront leurs âmes en disant : “Où en étiez-vous ? ” (à propos de votre religion) – “Nous étions impuissants sur terre”, dirent-ils. Alors les Anges diront : “La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? ” Voilà bien ceux dont le refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ».[Sourate An-Nisa : 97]

La menace d’Allah dans ce verset est terrible mais n’est-ce pas parce que la menace de rester dans une situation qui nous cause du tord est plus terrible encore ?

C’est la réflexion que je me suis faite lors de mon premier séjour en France après avoir passé plus d’un an dans des pays musulmans. J’ai alors compris qu’Allah ne nous imposait pas une difficulté dans le fait de tout quitter pour vivre sur une autre terre. Au contraire, Il a voulu en cela faciliter ses serviteurs et les préserver de grands maux.
Car quand on est dans ce quotidien de vivre parmi les kouffars, on ne se rend pas compte de certaines choses. On ne réalise pas toutes les choses blâmables qu’on impose à nos regards, à nos oreilles, à nos corps. Une multitude de petits péchés sont devenus insignifiants de part la grandeur des autres péchés qui les entourent mais qu’on évite absolument et fermement. On finit alors par négliger la gravité de certaines choses qui font parties pourtant de nos habitudes parce qu’on n’est tout simplement pas là où nous sommes censés vivre et nous épanouir.

Mais après quelques temps passés en Algérie puis en Égypte al hamdouliLlah on se rend vite compte une fois revenus en France qu’Allah nous a tout simplement imposé cela pour protéger nos âmes et nos cœurs et faciliter notre cheminement religieux afin de se rapprocher constamment de Lui et de Son agrément.

Je précise bien sûr que je parle de celui qui a la capacité de partir et demande à Allah de faciliter à toutes nos sœurs et tous nos frères l’émigration en terre d’islam.

Un tawakkul renforcé

Un autre bienfait de la hijra réside dans l’affermissement de la confiance totale en Allah et en ce qu’Il a décrété pour nous.
Nous avons grandi dans un pays qui a mis en place un système d’aides importantes à sa population : sécurité sociale, assurance chômage, aide pour le logement, RSA… combien d’euros sont dépensés chaque année pour assurer un confort minimum aux français qui peinent à joindre les deux bouts dans un quotidien qui se durcit un peu plus chaque année ?

Je ne critique pas ce système dont j’ai moi même bénéficié quelques temps, je le trouve même très honorable d’autant plus que la France se distingue des autres pays occidentaux par la multitude d’aides financières qu’elle propose. Mais cette générosité présente également quelques inconvénients parmi lesquels l’infantilisation des français qui peuvent facilement tomber dans l’assistanat et dans une dépendance vis à vis de l’état.

Vivre en grande partie par la cause des aides ne serait ce pas alors une façon d’oublier inconsciemment qui est Al Wahaab, Al Razaaq, Le très généreux, Celui qui accorde la subsistance ? Sans s’en rendre compte, alors que nous savons que chaque mois à des dates précises, nous recevons des sommes précises de l’état, ne perdons nous pas à l’esprit que cet argent fait partie de notre rizq parce qu’Allah Lui Seul l’a décrété ainsi ? Et ne devenons nous pas ingrats envers La miséricorde d’Al Hamiid, Al Muqiit, Le louable, Celui qui nourrit tout le monde ?
Tout cela ne peut pas ne pas influer sur la solidité de notre tawakkul.

Tandis qu’une fois que vous avez quitté votre confort, et la sécurité que vous offrait la France, vers l’inconnu où vos rentrées financières reposeront bi idniLlah sur des efforts plus ou moins grands, soyez assurés de vous rappeler chaque jour qui vous a octroyé cette subsistance. Et par conséquent, de faire preuve de reconnaissance pour Notre Créateur.

Ces réflexions, je les ai eues une fois partie, je ne m’étais jamais réellement posé ces questions avant cela. Mais après avoir connu beaucoup de hauts et de bas en terme de confort, je peux vous assurer que vous gardez constamment en tête la provenance de votre subsistance.
Et que dans la difficulté vous vous en remettez totalement à Allah, convaincu que Seul Lui peut vous apporter Son secours.
Et que dans l’aisance vous êtes satisfaits de Lui et ne remerciez que Votre Seigneur pour les bienfaits qu’Il vous a octroyés.

Les changements apportés dans nos vies par la hijra bi fadliLlah sont nombreux mais il me semblait important de citer ces quelques points majeurs à mon sens, en espérant que ce partage puisse être bi idniLlah une cause d’encouragement et de motivation pour mes soeurs.
Ce départ a radicalement changé nos vies, je n’en vois que du positif al hamdouliLlah, mais je reste également consciente que cette adoration puisse être vécue avec beaucoup plus de difficultés par d’autres.

Allah dit dans le coran, dans le sens approximatif du verset :

Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent quand un malheur les atteint : “Certes, nous sommes à Allâh et c’est à Lui que nous retournerons.” ; ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur ainsi que la miséricorde ; et ceux-là sont les biens-guidés. [Sourate Al-Baqara : v. 155-157]

Des épreuves nous en avons eues et en aurons encore sans doute plein d’autres wa liLlah al hamd. Mais pour celui qui a la capacité de partir, n’est ce pas préférable de les vivre en terre d’Islam ?

Qu’Allah préserve la hijra de ceux qui sont partis et l’accorde à toutes celles et ceux qui désirent ardemment l’accomplir.

6 Commentaires sur “Comment la hijra a changé notre vie … 3 ans après

  1. Oum Joumana says:

    Quel beau témoignage et rappel… Ton écrit tombe à pique! Qu’Allah te récompense en bien pour ces douces paroles, et maintienne en terre d’Islam ceux qui ont accompli cette noble adoration par la permission d’Allah, et qu’Il facilite celles et ceux encore en terre de koufr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.