Anecdote Hijra – Et quiconque place sa confiance en Allah, Il lui suffit

Avril 2018
 
Cela fait presque 8 mois que nous avons posé bagages au Caire al hamdouliLlah.
Cela fait également presque une année que nous avons quitté la France direction Alger avec la niya de faire la hijra Allahouma Baarak.
 
L’Égypte, nous y sommes allés un peu sur un coup de tête : 5 000€ en poche, on décide d’y passer du temps autant que possible pour étudier l’arabe dans l’un des plus prestigieux merkez : Al Ibaanah.
Mais après avoir financé l’installation dans un appartement, même sommairement, et financé nos études sur plusieurs mois, nos économies s’épuisent mais notre amour pour l’Égypte et pour la recherche de science s’enrichit.
 
C’est durant ce mois d’avril 2018 que la décision de s’installer durablement dans ce beau pays est prise. C’est aussi à ce moment là que le projet Oummi Abi Moi connaît ses premiers balbutiements… mais c’est une autre histoire !
 
Notre installation était donc très sommaire, notamment notre gaziniere qui avait été installée à la va vite, et qui laissait systématiquement s’échapper une odeur de gaz à chaque utilisation. Nous nous étions « habitués » et tachions de ne pas ouvrir l’arrivée générale à son maximum.
 
Un jour d’avril, c’était l’heure de salât al 3icha, mon associé était à la mosquée. J’avais lancé le repas qui était sur le feu, et en même temps je passais un coup sur le sol dans la cuisine.
Quand soudain, alors que je me baisse pour ramasser la serpillère, je sens une grosse chaleur dans mon dos : je me relève en sursaut et là, vision d’horreur !!! Le tuyau d’arrivée de gaz de ville relié à la gaziniere est en feu !!!!
Alors certes, pas une flamme qui lèche le plafond non plus, mais suffisamment impressionnante pour imaginer le pire scénario en l’espace d’un dixième de seconde : est-ce-que je dois fuir immédiatement ? Est-ce-que j’ai le temps de prendre le temps de remplir un récipient d’eau et d’éteindre le début d’incendie ? Vais-je exploser avec le reste de l’appartement le temps de remplir quelque chose avec de l’eau ? Quel genre de contenant dois je utiliser ? Quelle quantité d’eau suffira à éteindre cette flamme qui danse sur un tuyau remplit de gaz et qui me nargue ?
Sans mentir, en une fraction de seconde j’ai vraiment eu toutes ces questions qui me sont venues à l’esprit, mon corps tétanisé par la peur mais mon cerveau partait dans tous les sens !
 
Bon fin du suspens : je décide de remplir un bol d’eau et parvient à éteindre la flamme en deux allés retours bi fadliLlah. Puis c’est en larmes que j’appelle mon associé, traumatisée par cet accident domestique qui aurait pu me coûter la vie.
 
Suite à cela, nous avons du nous résoudre à nous débarrasser de cette cuisinière, mais impossible de nous en offrir une autre : notre départ vers la France approchait à grand pas, nous devions voyager en juin, les billets étaient déjà payés, nos cours jusqu’au voyage aussi, nos dernières économies étaient dédiées au lancement de notre commerce et au paiement de frais liés au renouvellement de nos visas, pour lesquels nous avions un rendez-vous quelques jours après cet incident. Ensuite pour les dépenses du quotidien, j’avais trouvé un job d’enseignante de langue française dans une crèche une fois par semaine, et je continuais à donner quelques cours en ligne, ça nous permettait de financer les courses, le bus, une partie de notre loyer.
 
Al hamdouliLlah Allah m’avait accordé le salut, c’était le plus important. S’il fallait qu’on ne mange que des salades jusqu’au départ, bismiLlah ! Cette situation était un peu contraignante et cela ne nous était encore jamais arrivé d’être bloqués pour un achat qui sorte du domaine du confort.
Être trop juste pour se payer un voyage, une voiture, allé même un restaurant, c’est une chose. Mais une gaziniere vraiment c’est une situation qu’on ne pensait pas connaître. Mais par Allah que ça ne nous a pas contrariés ! Nous étions si heureux, nos journées étaient bercées par l’apprentissage et ces premiers mois en Égypte furent les plus heureux et les plus paisibles que j’ai connus. Nous étions convaincus de La miséricorde d’Allah et nous ne nous inquiétions pas de cette situation, convaincus qu’elle serait un bien pour nous et qu’Allah ne nous abandonnerait jamais.
 
Le jour du rendez-vous pour les visas arrive : nous avons environ 3000 livres égyptiennes pour payer notre dû et sans mentir, toutes nos dépenses restantes jusqu’au départ étaient déjà provisionnées.
Nous nous occupons de finaliser les démarches pour nos iqamaas, puis arrive le moment de faire la queue pour payer. J’y croise alors une très bonne copine, qu’Allah la préserve, qui est entrée sur le territoire égyptien à la même période que nous et qui doit s’acquitter à peu près des mêmes frais que nous.
 
Elle passe devant moi, paie, récupère son passeport.
 
Arrive notre tour. Et là surprise immense soubhan Allah : on nous facture pas les 3000 livres qu’on avait mis de côté ! On est choqué, on ne comprend pas. Nous étions persuadés de devoir payer cette somme. Alors on doute. Mais on insiste pas, surtout avec les administrations locales… on récupère nos passeports et je m’empresse de demander à ma copine si elle a du payer les frais que nous pensions devoir payer, et elle me confirme qu’elle les a bien payés.
 
Allahou Akbar ! Allah nous a éprouvés et à diminué nos biens mais nous étions reconnaissants envers Lui pour tous les bienfaits dont Il nous avait comblés ces derniers mois. Et d’un coup, Il nous a ouvert une porte qu’on ne soupçonnait même pas et derrière celle-ci, la possibilité de pouvoir acheter une nouvelle gaziniere !!!
 
Al hamdouliLlah, nous n’avons pas perdu de temps : une fois sortis du commissariat nous sommes partis acheter une cuisinière que nous avons pris soin cette fois ci de faire installer par le fabricant !
 
Allah a dit dans la sourate Al Fourqan n°25 verset 58 (traduction rapprochée du sens du verset): « Et place ta confiance dans le Vivant qui ne meurt pas ».
 
 
قال الله تعالى : وَتَوَكَّلْ عَلَى الْحَيِّ الَّذِي لا يَمُوتُ
(سورة الفرقان ٥٨)
 
 
D’après ‘Omar Ibn Al Khatab (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Si vous placiez votre confiance en Allah comme il se doit, Il vous donnerait certes votre subsistance comme Il la donne à l’oiseau qui part le matin le ventre vide et revient le soir le ventre plein ».
(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°2344 qui l’a authentifié et il a également été authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi).
 
Les savants du comité permanent de la fatwa du Royaume d’Arabie Saoudite ont dit: « Le sens du hadith est que si les gens complétaient la confiance en Allah dans leurs coeurs et se reposaient complètement sur Lui pour obtenir ce qui leur profite et être écarté de ce qui leur nuit tout en pratiquant les causes bénéfiques alors Allah leur ferait parvenir leurs subsistances avec la moindre cause comme il fait parvenir leurs subsistances aux oiseaux par le simple fait qu’il partent et reviennent, ceci est une forme de demande mais qui est facile et simple… ».
(Majmou’ Al Fatawa Al Lajna Daima vol 1 p 252)

8 Commentaires sur “Anecdote Hijra – Et quiconque place sa confiance en Allah, Il lui suffit

  1. Tozzali says:

    As-salem Aleycoum wa rahmatuLlah wa barakatuh, Al hamdoulilah tout sait bien passé par la grâce d Allah, s en remettre à Allah dans la plus grande sincérité ,il n’y a rien de plus évidemment ,qu Allah nous guide tous dans son sentier,Amine 🤲🤲🤲

  2. sarah says:

    ce que je comprends dans le récit, c’est que vous deviez payer environ 3000 guinées, mais une fois devant l’employé il ne facture pas, vous avez demandé à votre amie et elle a répondu par l’affirmative.

    donc j’ai compris que vous êtes partis sans payer ? si tel est le cas, je peux déduire aussi que Allah éprouve le serviteur afin d’observer s’il s’acquitte ou non du montant en vous éprouvant par l’oubli de l’employé ) sachant la situation délicate dans laquelle vous étiez.. ( car si vous n’avez pas payer cette somme qui était claire dès le départ même si ya un oubli de l’employé vous auriez du vous en acquittez par principe ) les frais sont visibles sur le net, généralements les frais de visa sont indiqués peu de chances qu’on vous ” anarque”

    vous auriez du au moins demander à l’agent si c’était pas une erreur, dans les principes du musulman, il se soucie de s’acquitter dans toute circonstante (même si la personne de devant oublie, ect ect)

    l’histoire de la gazinière est dû aussi a une certaine négligence, du moment où vous sentez du gaz vous devez impérativement faire en sorte qu’il n’y ait plus d’odeur pour votre sécurité et celle de vos voisins…

    • admin says:

      Votre commentaire me laisse sans mots, wa Allahou al Mousta3aan, on essaie de motiver nos frères et soeurs et certains décortiquent un récit qui n’est que le résumé des faits énoncés donc ne cherchez pas à lire entre les lignes et à faire votre propre avis et vous positionner en juge sur cette histoire, sur nos choix, sur nos décisions, cet article n’est pas là pour ça

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.