15 conseils pour la réussite de ton commerce ! Partie 1/3

Depuis que notre commerce a connu le succès bi fadliLlah, j’ai été beaucoup sollicitée afin de donner des conseils aux soeurs qui souhaitaient se lancer. Ou encore celles qui peinaient à se faire connaître.
Amies, clientes, connaissances, ou encore parfaites inconnues, j’ai eu l’occasion à de nombreuses reprises de partager ce qui avait fonctionné pour nous.
C’est donc aujourd’hui sans prétention aucune que je vais essayer de te donner mes clefs qui nous ont permis de créer un vrai business à la fois rentable et rémunérateur.

Conseil numéro 1 : Placer le volet spirituel comme la priorité

Allah dit dans le Coran : « Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent »  (sourate 51, Verset 56).
Donc se lancer dans l’entreprenariat, c’est bien. Oublier la finalité derrière, ça l’est moins !
Il faut donc mettre un point d’honneur à :
  • Consulter Celui qui administre toutes les affaires avant toute prise de décision (prière de consultation). Cette prière a un avantage considérable car au delà de demander à Allah de t’orienter vers le meilleur choix, en cas de coup dur, tu n’auras aucun regret. Si la tournure des choses n’est pas celle escomptée, tu pourras te dire Al hamdouliLlah c’est vraiment un bien pour moi car j’ai fais les causes, j’ai demandé à mon Créateur et Il m’a orienté vers ça.
  • Renouveler constamment ses intentions. Se poser la question : je crée ce commerce pour quelles raisons ? Et y répondre bien sûr ! Quelques qu’elles soient, tu dois te rappeler systématiquement que tu le fais avant tout pour Allah. Par exemple, pour financer une hijra, financer des cours religieux, subvenir aux besoins de tes proches, accomplir un pèlerinage, aider financièrement les nécessiteux…
  • Garder une confiance absolue et en toutes circonstances en Ton seigneur. Tu as réfléchi à tes objectifs, consulté Allah, renouvelé tes intentions ? Dis toi que tu as réuni ce qui te permettra de ne jamais douter car comment douter de ce qu’Il a décrété alors que tu lui as confié tes affaires ? Exit le stress et l’angoisse permanente, reste focus sur ton but premier en te rappelant qu’Allah sait mieux que toi ce qui est meilleur pour toi.
  • Remercier Allah dans l’aisance et dans l’épreuve. Que le succès sonne à ta porte ou que les difficultés s’enchaînent, pense toujours à remercier Le Juste Al 3adl, que ça soit pour les bienfaits qu’Il t’octroie ou pour les épreuves qu’Il a décrété pour toi. Plus que Le remercier, fais preuve de gratitude à Son égard, en voyant en toute circonstance, bonne ou mauvaise, une faveur de Sa part. D’après Shouhayb, le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui)  a dit : « Le croyant a une destinée étonnante ! Tout ce qui lui advient est bénéfique, et cela n’est réservé qu’à lui seul ! En effet, s’il est l’objet d’un événement heureux, il remercie Allah et c’est là pour lui une bonne chose et s’il est victime d’un malheur, il l’endure avec patience et c’est là encore pour lui une bonne chose. » (rapporté par Mouslim).

Conseil numéro 2 : Apprendre les règles du commerce

Le commerce est un des meilleurs moyens d’obtenir sa part de rizq. Notre Prophète, صلى الله عليه وسلم a lui même exercé un temps ce métier. Et plusieurs de ses compagnons également, parmi les meilleurs d’entre eux.
Le commerce est donc une activité licite. Cependant, des règles précises régissent cette activité. Aussi, certaines formes de profits commerciaux sont quant à elles illicites.
Il nous incombe donc, à nous entrepreneuses musulmanes, d’étudier les règles religieuses en matière de jurisprudence des transactions commerciales.
Ceci n’est pas une option. C’est une obligation, indispensable pour exercer notre métier.
Et cela est valable également pour les soeurs non commerçantes. En tant qu’acheteur auprès de commerces de la communauté, il est important de connaître les bases de nos droits et devoirs dans les transactions commerciales.
De nombreuses fois, il nous est arrivé d’être accusés à tord de fraude ou de triche alors que nous ne suivons que les règles qui ont été instaurées par notre religion tout en respectant bien entendu les règles du pays où est enregistrée notre activité.
Pour t’aider, tu trouveras sur ce lien plusieurs conférences du prédicateur Youssef Abou Anas de La Voie Droite traitant du Livre des ventes issu de l’ouvrage de jurisprudence Al Wajiz du cheikh égyptien Abdeladhim ibn Badaoui.
Et au delà des nombreuses règles qui régissent le commerce, n’oublie pas de t’efforcer d’être toujours juste dans tes transactions et de renoncer à ton droit si tu as le sentiment que ta cliente se sent lésée. Car faire preuve de miséricorde, comme nous le conseille Allah à maintes reprises, est meilleur.
Je terminerai le conseil numéro 2 sur ce hadith :
D’après Rifa’a Ibn Rafi’, qu’Allah l’agréé :
« Je suis sorti avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) vers le lieu de la prière et il a vu les gens faire du commerce.
Il a dit: « Ô vous les commerçants ! ».
Ils ont alors répondu au Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) et ont tourné leurs regards vers lui.
Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) leur dit: « Certes les commerçants seront ressuscités le jour du jugement comme étant des pervers sauf celui qui craint Allah, a fait preuve de piété et a été véridique ». (rapporté par Tirmidhi).
J’aime particulièrement ce hadith car il est une grande source de rappel quant aux dangers de ce métier ! Le lire régulièrement me permet de me mettre une sorte de pression. Ainsi, je ne peux que difficilement oublier qu’avoir choisi cette activité m’expose à des risques pour l’au delà. À nous de tout faire pour les éviter en étant honnête et sincère constamment.

Conseil numéro 3 : Ne pas laisser ton commerce prendre le pas sur tes obligations religieuses.

Que tu sois mère, épouse, fille de, étudiante, femme au foyer. Ou que tu sois déjà dans le monde du travail, tu n’es pas sans savoir que la chose la plus précieuse dont tu disposes ici bas est ton temps ! Alors apprends vite à optimiser ton organisation et à t’éloigner des futilités et de la perte de temps.
Il nous incombe, en tant que musulmanes, d’organiser nos journées en premier lieu en fonction des adorations qui les rythment.
Invocations, prières obligatoires et surérogatoires, lecture du Coran, étude de la langue arabe et des sciences religieuses… Voilà les activités auxquelles nous nous devons de donner la priorité, et je fais ce rappel à ma propre personne en premier.
En dehors de l’entreprenariat, déjà de base, on se laisse parfois vite déborder puis dépasser par les taches du quotidien.
Ne tombe pas dans ce piège, et avant même de te lancer, réfléchis à l’organisation que tu dois mettre en place pour y arriver.
Mais commence toujours par placer tes adorations, puis autour d’elles toutes tes activités.
Aussi, n’hésites pas à t’imposer un temps dédié, de préférence très tôt le matin (après la prière du fajr par exemple) à la lecture du Coran. Ce moment de la journée est rempli de baraka, et c’est le moment durant lequel tu risques le moins d’être dérangée (mis à part si bébé ne fait pas encore ses nuits ((( !!!).
Tu commenceras ainsi ta journée de la plus belle des façons, le coeur léger, satisfaite d’avoir recherché l’Agrément de Celui qui retourne les cœurs.
Et tu évites ainsi de reporter cela à un moment ultérieur de ta journée que tu n’auras peut être même pas l’opportunité de t’aménager.
Enfin, ce moment appelé « Al Bokour » en langue arabe, est le moment de la bénédiction, de la vertus et de la distribution de la subsistance.

Conseil numéro 4 : Aime ton produit/service et croit en lui.

C’est, selon moi, la première condition pour vendre correctement ton produit ou ton service. Tu n’es pas commerciale, ou vendeuse de formation ? Pas de panique ! Crois moi, si tu es convaincue par ce que tu proposes, INTIMEMENT CONVAINCUE, tu sauras convaincre ton audience bi idniLlah !
Que cela soit au travers de ton site internet, de tes réseaux sociaux, de tes échanges avec tes potentiels clientes, une vendeuse qui croit fermement en son offre, ça se sent immédiatement. Et l’inverse est vrai également.
Alors si ce que tu proposes ne fait pas totalement chavirer ton cœur, poses toi les bonnes questions.
Qu’est ce qui me gêne dans mon produit ? Comment pourrait il me plaire davantage ? Comment l’améliorer ? Pour qu’il soit parfait, à mes yeux au moins.
Il est, à mon sens, urgent que tu corriges rapidement le tir et que tu commences à travailler déjà sur les axes d’amélioration qui permettront à ton produit de te séduire toi avant les autres.
Car comment faire émerger son commerce si déjà la personne qui se cache derrière n’a pas très envie d’utiliser les produits qu’elle propose ?
En revanche, si ton offre remplit pour toi toutes tes exigences, alors n’hésite pas à manifester tes convictions à travers tes outils de communication. Pour cela, utilise les arguments qui t’ont convaincue. Car s’ils t’ont convaincue, ils ne convaincront peut être pas tout le monde mais cela fonctionnera forcément avec certaines personnes qui partagent les mêmes attentes que toi.

Conseil numéro 5 : Rester fidèle à soi même et à son éthique.

Que ton commerce cartonne, ou bien qu’il peine à décoller, ne tombe pas dans ce piège infernal de vendre tes valeurs pour des biens de ce bas monde.
En effet, l’importance qu’ont pris les réseaux sociaux dans l’émergence des marques nous oblige plus ou moins à mettre le doigt…dans la prise ! Plus sérieusement, cela te fait rentrer dans un système qui n’est pas sans risque, régit par des codes qui ne sont pas les nôtres.
Car tu n’es sans doute pas passée à côté du fait que les comptes de la communauté musulmane mis en avant par l’algorithme Instagram ne sont pas les plus représentatifs de la pudeur.
Ce n’est pas une règle en soi, al hamdouliLlah beaucoup sont visibles tout en restant fermes sur leurs principes. Cela étant dit, constater que ce qui n’est pas légiféré permet à certaines de vite gagner en visibilité peut rapidement influer ton jugement. Personne n’est à l’abris !
Avoir dans son espace explorer sur Instagram (tu sais la vilaine petite loupe là) un nombre incalculable de publications où se mêlent musique, maquillage, talons aiguilles, dévoilement de la nudité, vulgarité… au bout d’un moment, le cœur peut faiblir, la foi avec.
Certes, cela est assez spécifique aux commerces de vêtements MAIS le plus important est que tu ne dois pas laisser les « tendances » influencer ton éthique et ta personnalité. Car ils font partie de l’ADN de ton entreprise, et un ADN ça ne se change pas, c’est que qui TE caractérise.
Autre point : ne pas tomber dans la facilité de faire comme fulana car ça fonctionne pour elle. Ce qui fonctionne pour elle ne fonctionnera peut être pas avec toi, tu dois rechercher à plaire à ta communauté et pas à la communauté de fulana. Aussi respecte ses efforts comme tu aimerais qu’on respecte les tiens dans la recherche d’idées différenciantes.
Enfin, il est capital, le jour où tu connaîtras la réussite et la notoriété bi idniLlah, de garder les pieds sur terre.
De nos jours, le nombre de k influe énormément sur la perception des gens. Si tu en as beaucoup, tu peux t’attendre à recevoir de certaines personnes des éloges qui potentiellement toucheront ton nafs et ton humilité, qu’Allah nous en préserve toutes.
Alors n’oublie jamais de répondre aux éloges par l’invocation suivante :
Lorsque l’un des Compagnons du Prophète (صلى الله عليه وسلم) recevait une éloge, il disait :
« Ô Allah ! Ne me tiens pas rigueur de ce qu’ils disent, pardonne-moi ce qu’ils ne savent pas [de mes péchés] et rends-moi meilleur que ce qu’ils s’imaginent. » (Sahîh Al-’Adab Al-Mufrad n° 585).
اللَّهُمَّ لاَ تُؤَاخِذْنِي بِمَا يَقُولُونَ، وَ اغْفِرْ لِي مَا لاَ يَعْلَمُونَ، وَ اجْعَلْنِي خَيْرًا مِمَّا يَظُنُّو نَ.
Allâhumma lâ tuâkhidhnî bi-mâ yaqûlûn, wa ghfir lî mâ lâ ya’lamun, wa j’alnî khayran mimmâ yadhunnûn.
Car des personnes dont l’égo a pris des ailes en même temps que le succès, nous en avons toutes croisées et demandons à Allah de les réformer et de nous préserver de cela.
Voilà pour le premier épisode de cette série conseils, en espérant qu’ils seront bénéfiques et profitables au plus grand nombre in shaa Allah.
Et nous demandons à Allah de nous pardonner si nous avons fauté et de nous accorder la sincérité dans l’ensemble de nos œuvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.